Diabnext développe l’intelligence artificielle du diabète


Plus de 70 startups made in France avaient dévoilé leurs nouveautés technologiques lors du CES Unveiled à Paris. L’occasion de prendre la température du CES 2018 avant l’heure.

Mardi 24 octobre 2017, 70 jeunes pousses étaient rassemblées au Palais Brongniart (Paris) pour présenter leurs innovations. Et on trouvait un peu de tout. De la boîte à mots d’amour connectée Lovebox (@lovebox_love) au détecteur de radioactivité connecté Rium (@rium2017) en passant par la «télécommande universelle» de la maison connectée, Otodo ou encore le calculateur de diabète (@DiabNext), petit aperçu des tendances à venir pour l’innovation grand public.

Parmi les startup qui sortent du lot, il y’a Diabnext. La startup française propose en effet une solution visant à soulager le suivi médical des diabétiques. Elle a développé un objet connecté rendant intelligent le stylo à insuline. Ce dernier peut en effet se fixer sur n’importe quel stylo à insuline. Il compte et transmet automatiquement la dose injectée au téléphone portable. Un gain de temps quand on sait que chaque injection d’insuline doit être noté dans un carnet d’auto surveillance. A noter que Diabnext a raflé le prix décerné par l’association des anciens des grandes écoles françaises (AAGEF).

Des capteurs et de l’intelligence artificielle pour une gestion automatisée du diabète

Le diabète est devenu en quelques années une véritable épidémie touchant quelque 422 millions de personnes dans le monde. Une partie de ces patients a également besoin d’apporter de l’insuline à leur organisme pour réguler le taux de sucre dans leur sang. Si la maladie ne se guérit pas, elle se soigne très bien, notamment grâce aux recherches et à l’innovation.

Le capteur de Diabnext permet une gestion automatisée du diabète. Et permet de détecter la quantité d’insuline que s’injecte chaque patient. Les données sont ensuite collectées sur un carnet d’autosurveillance glycémique numérique. Résultat : fini avec le remplissage fastidieux et laborieux du carnet d’autosurveillance servant de base d’échanges entre le patient diabétique insulino-dépendant et son médecin.
Il existait déjà pour les diabétiques des applications mobiles comportant des glucomètres connectés qui montrent automatiquement la glycémie de l’individu. Cependant, ces applications ne prennent pas en compte les doses d’insuline.

Diabnext doit être commercialisé dans le courant du mois de novembre pour 40 euros en pré-vente. Un abonnement d’environ 100 euros par an sera par ailleurs nécessaire pour permettre la synchronisation des données.

Mieux vivre son diabète

Pour les patients qui ne sont pas diabétiques, une autre innovation, elle aussi présentée lors du CES Unveiled, devrait faciliter chaque visite chez le médecin : le passeport santé. Ce dernier de la taille d’une carte crédit contient un QR Code contenant le dossier médical de chaque patient. Un gain de temps pour le médecin qui n’a plus à rechercher tout l’historique de soin. Déjà en test dans la région de Reims où 3.000 personnes l’utilisent, le système pourrait être étendu dans les mois à venir.

Le carnet de surveillance prend la forme d’une application mobile.

Parmi les autres innovations de Diabnext, il y’a le clipsulin.  Il se fixe sur la plupart des stylos à insuline du marché : le module analyse le son et la vibration de la molette du stylo et transmet l’information correspondante de façon automatique dans le cloud.

La technologie repose sur la reconnaissance des vibrations émises par les stylos lors de l’injection. Chaque fabricant, qu’il s’agisse de Lilly, Novo ou Sanofi, a sa propre signature vibratoire. Un microprocesseur contenu dans Clipsulin enregistre ces vibrations et en déduit le nombre de doses injectées.

a expliqué Laurent Nicolas.

Quant au Gluconext, il se branche à la prise jack du glucomètre pour transmettre les données au smartphone associé.

L’application mobile Diabnext contient aussi la fonctionnalité Snapcarbs. Cette dernière permet d’avoir une estimation quasi-instantanée de ses apports en glucides, grâce notamment à la reconnaissance visuelle en lien avec une base de données.  Pour cela, il suffit de prendre en photo ses repas.

 

La société est déjà bien identifiée en France par l’assurance maladie. Elle a d’ailleurs participé à son dernier hackathon, organisé avec la Fédération française des diabétiques (FFD), sur le thème « Mieux vivre avec son diabète ».

Vous avez aimé cet article ? Partagez et commentez !

 

Source : Europe 1, Ticpharma

Follow my blog with Bloglovin

Une réflexion au sujet de « Diabnext développe l’intelligence artificielle du diabète »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s