1 00 6 min 3 semaines 574

Le CES2022 a été l’occasion de parler de cybersecurité. 2021 a connu des vagues de cyberattaques sans précédent. Et a notamment touché des entreprises Françaises. S’il est difficile d’en déterminer les conséquences, il s’avère certain que cette attaque ne sera pas la dernière en la matière.

La cybersecurité est l’affaire de tous

En sécurité informatique le maillon faible est le plus souvent l’élément situé entre la chaise et le clavier d’ordinateur : à savoir l’utilisateur. Il s’agirait donc de renforcer les compétences de l’utilisateur pour que celles-ci puissent être mises au service de son entreprise par exemple.

Focus sur la startup StopRfid.

Présentez-vous ainsi que votre parcours

Jean Luc Astier Fondateur de 3IT Diffusion. Mon parcours est simple tout en étant complexe. En effet, rien ne me prédestinait à créer une entreprise (études, mon milieu, mes ressources…) et pourtant… A la fin de mes études, j’embarquais deux de mes meilleurs amis et nous avons emprunté 100% du capital social pour créer 3it.


Comment décririez-vous votre entreprise ?

A cette époque, nous réalisions des logiciels au fond d’une cave dans un garage. L’informatique est un secteur qui évolue vite. Et 3it touche à bon nombre de métiers dont l’architecture système, jusqu’à la formation sur des équipements spécifiques

Présentez votre entreprise en quelques mots

Une boite à outils cyber agile avec une sensibilité profonde depuis près de 20-25a sur les risques numériques accentué par ce que devient l’informatique.

A ce jour. Un laboratoire, répondant à des demandes tant spécifiques que global, nous amenant souvent à sourcer ou créer des solutions atypiques.

Pourquoi ce choix de produit / service ?

Les besoins et le marché numérique évoluent très rapidement, ceci demandant une approche de veille et de test, pour cadrer au plus près des besoins des clients et de leurs collaborateurs, en intégrant dès le départ une approche de la sécurité des systèmes et de la donnée.

Chaque entreprise à une approche spécifique de ses marchés, ses outils doivent être capables de l’envisager pour y répondre de façon fiable, caractérisée, et sécurisée, ce de la manière la plus transparente possible pour l’utilisateur.

L’un des meilleurs exemples que je pourrais prendre serait la carte StopRFID qui répond entièrement à cette approche sur les différents marchés B2B ou B2C.


Dans son utilisation finale (elle est totalement transparente). Dans sa conception (peu épaisse, peu encombrante, légère, élégante elle s’adapte aux évolutions et techniquement elle est efficace à vie.

Les enjeux de la cyber sécurité au sein de l’entreprise : quels seront les défis en 2022 ?


La protection des infrastructures et des données est une problématique réelle et concrète ! Pas toujours perçue mais à une époque où la donnée devient le passage obligé des cœurs de métier, il est difficile de ne pas y apporter une attention particulière, Les enjeux y étant tant d’ordre politique, qu’économique, il ne se passe plus une seconde dans le monde où une cyberattaque n’est pas répertoriée engendrant des conséquences de différents niveaux en fonction de la portée.

Loin est l’époque où l’on pouvait se targuer de ne pas être la C.I.A ou la NASA, et la crise COVID-19 ne fait que renforcer cela. Nous sommes tous interconnectés et la responsabilité devient une responsabilité commune.


La technologie et le droit ne suffisent pas. L’homme constitue la première faille des systèmes informatiques. Qu’en pensez-vous ? Quelques mots ?

La technologie a toujours apporté ses lots de failles et de bugs, au point que cela fait de nombreuses années, que je stipule à tous nos clients que la sécurité informatique se mesure à ces quelques mots.

« Un rentre pas deux ! (dans la même entreprise)»

signifiant sur le passage que cela demande des équipements technologiques et des regards humains avertis. Le droit apporte une certaine vigilance supplémentaire pour ceux n’ont pas encore perçu la nécessité et l’obligation de s’y atteler.

Le ratio, risque coût rentrant pour beaucoup dans l’équation j’observe que certaines entreprises préfèrent investir dans une cyber assurance que de réaliser le nécessaire.

Ces différentes prises de vues permettent déjà de s’apercevoir que oui l’humain constitue bel et bien la première faille des systèmes, mais en allant plus avant je rajoute quel que soit sa place prise et tenue dans l’entreprise, seules les raisons (diffèrent ou non) Autant dire que le travail de sensibilisation est important et qu’il doit être mené dès le plus jeune âge.

Le CES en trois mots ?

Le CES en trois mots , de mon point de vue l’expression des tendances futures par la réponse technologique aux besoins exprimés. Un moment important ou l’on peut utiliser son esprit pour envisager les chemins et test à réaliser pour répondre aux besoins de nos clients.

One thought on “#CES2022 Cybersecurité Interview de Jean Luc Astier CEO StopRfid

Laisser un commentaire