Tech - Objets connectés Test produit

Mon test des Airtag

Vers la fin des objets perdus ? Finie l’angoisse de la télécommande égarée, fini le stress des AirPods introuvables. C’est ce que nous promet Apple avec les AirTags, ces petites balises qui s’appuient sur un réseau de localisation constitué de près d’un milliard d’appareils pour retrouver ses objets perdus. En mai dernier, la terre entière recevait ses AirTag. Mon verdict quelques mois après.

Une balise bien pleine

J’avais déjà testé les porte-clés connectés comme le Tile ou encore le Wistiki, ces objets connectés bien utiles et censés veiller sur les objets. A l’époque, on en parlait mais sans faire trop de vague. Puis sont arrivés les Airtag d’Apple. Ces accessoires bluetooth existent depuis des années, mais n’ont jamais créé de raz de marée commercial. La marque à la pomme s’est pourtant lancé dans la course avec ses AirTags. Et ils ont suscité beaucoup d’intérêt. Mais qu’apporte t-elle de plus par rapport aux autres accessoires connectés ? Parce que…Apple. Et pour 35 euros, les fans d’Apple se sont rués sur les airtags.

Pour commencer, qu’est-ce un AirTag ? C’est une mini balise que l’on accroche ou place dans un objet type portefeuille afin de le retrouver en cas de perte. Cette balise n’intègre ni GPS ni connexion cellulaire. Et elle communique en Bluetooth avec les appareils Apple à proximité qui transmettent ensuite sa position à son propriétaire.

Prise en main de l’AirTag

Un AirTag est relativement petit et possède à peu près la taille d’une pièce de 2 euros. À l’intérieur, une pile CR2032 s’occupe de l’alimentation des puces Bluetooth Low Energy et Ultra Wide Band.

Le AirTag s’associe avec votre iPhone, puis à votre compte iCloud. Ce produit nous évite quelques déconvenues comme perdre un trousseau de clés, votre sac, votre portefeuille, etc.

Une prise en main facile

La configuration d’un AirTag est on ne peut plus simple. Après avoir retiré la fine pellicule qui le protège, un petit son témoigne de sa mise en route. Il suffit ensuite d’approcher la balise de son iPhone, iPad ou iPod touch (sous iOS 14.5 au minimum) pour qu’apparaisse à l’écran la fenêtre de configuration.

On commence par nommer l’AirTag. Et le choix est assez vaste : appareil photo, parapluie, portefeuille, sac à dos, sac à main, vélo, veste… On peut également personnaliser le nom. Ensuite, on valide l’association à son identifiant Apple. L’AirTag est fin prêt à être utilisé.

À partir de ce moment-là, l’AirTag communique en Bluetooth avec votre iPhone, mais aussi avec les autres appareils d’Apple afin d’être repéré. Près d’un milliard d’appareils d’Apple constituent ce réseau Localiser conçu de telle sorte à être anonyme et sécurisé pour tous ses participants.

La contribution de vos appareils au réseau d’Apple est activée par défaut quand vous utilisez la fonction Localiser mon iPhone/iPad/Mac, mais vous pouvez la désactiver si vous ne voulez pas apporter votre pierre à l’édifice (Réglages > Localiser > Localiser mon iPhone > Réseau Localiser).

Pour conclure

L’AirTag n’invente pas une nouvelle catégorie de produits à l’instar de l’Apple Watch ou des AirPods, mais il établit un nouveau standard. Par sa simplicité d’utilisation, par l’efficacité du réseau Localiser et par l’ingéniosité de la fonction Localisation précise, l’AirTag est le meilleur traqueur d’objets du marché.

A noter que sa batterie est remplaçable. De plus, son tarif est abordable (35 euros) ce qui est assez étonnant pour un produit Apple.

L’AirTag est comme une assurance : on en prend un en espérant qu’il ne nous serve jamais. Nul doute que les plus têtes en l’air apprécieront ce produit.

One thought on “Mon test des Airtag

Laisser un commentaire