Lifestyle

Blog : 10 conseils pour bien gérer ses partenariats

Les raisons sont multiples lorsqu’on se lance dans le blogging : on partage un coup de cœur, un point de vue, une passion, des conseils… Et au début, on ne pense pas forcément aux partenariats. Quelques conseils pour ne pas tomber dans le côté obscur !

Partenariat et blog : Partager et donner

Créer un blog c’est avant tout être généreuse et aimer le partage. L’interaction est en effet un élément important : on donne ce qu’on a, on partage ce qu’on sait.

Le blog raconte une histoire et partage de l’information. C’est ça qui donne confiance aux lecteurs. Car oui, un blog est avant tout un espace dans lequel vous donnez aux autres. Sans forcément attendre un retour. ce n’est pas pour l’argent. C’est parce qu’on a quelque chose à partager, une expérience, des connaissances… Et puis, les propositions tombent. Pour ma part, mon petit blog a bientôt deux ans et les sollicitations ont commencé au 4e mois du blog. Et pourtant, je ne suis pas très active sur WordPress. En tant que blogueur non professionnel, on se retrouve vite démunis face aux propositions des agences. Je partage avec vous quelques conseils pour bien gérer ses partenariats. A vous d’en tirer le meilleur.

Micro influenceur, nano influenceur, homme sandwich, bienvenue dans le monde du marketing de l’influence !

Les questions à se poser lors d’une collaboration

  • 1. Faut-il tout accepter ?

Ce matin, vous êtes de bonne humeur car vous avez reçu LE mail. Une marque vous a proposé un partenariat, et vous êtes sur un petit nuage à l’idée de savoir que vous êtes lu (mais ça c’est pas sûr). Et vous avez raison !

Post sponsorisé, articles sponsorisés…on teste, on shoote, on partage, on donne notre avis. Les jours suivants on recommence. Certains blogs se transforment en catalogues publicitaires. Note : Après cela dépend de la thématique du blog (suite à un commentaire que j’ai reçu, je ne parle pas des blogs dédiés uniquement au shopping) Trop de partenariats tuent le partenariat ?

Car oui, vos lecteurs commencent à se lasser de vous lire si vos contenus authentiques et venant du cœur sont moins nombreux que ceux qui viennent de la pub. Mais avez-vous vraiment besoin de tel ou tel objet ? Auriez-vous vraiment acheté ce produit ? Posez-vous les bonnes questions. On retrouve ainsi les mêmes tests pour un produit sur plusieurs blogs et sur la même période !

  • 2. Connaître sa valeur

Si une marque ou une agence vous contacte, c’est bien qu’elle estime que votre profil présente un intérêt pour une éventuelle opération de communication. Faut pas se leurrer : communiquer oui mais dans les règles de l’art.

Un partenariat demande du temps : Tri et retouche photos et vidéos, vient ensuite l’article sur le blog, le partage sur les réseaux sociaux. Tout travail mérite une reconnaissance (pas forcément financier). Pour gagner du temps, je rédige directement de l’application WordPress le jour J d’un événement. Je commence à structurer mon article (titre, H1, H2.., les photos et les embed tweet).

Pour savoir si vous êtes en mesure de demander une contrepartie financière, posez-vous ces questions :

⁃ Quelle est l’engagement de mon lectorat ? Le nombre minimum d’abonnés pour être prescripteur ? Je pense que c’est l’engagement de votre communauté qui doit être valorisé (vous savez ce qu’il vous reste à faire : partager, liker et commenter mes articles 😎).

Exemple de proposition reçue. (je suppose que c’est un copier coller envoyé à plusieurs personnes)

Si vous ne souhaitez pas de rémunération, demandez une prise en charge du transport et/ou repas. Il faut savoir que certains événements ne se trouvent pas dans votre ville (Pour cette mission c’est 4h de TGV AR et 2h) Et si c’est à Paris c’est 2h TGV AR sans compter les retards SNCF et 1h/2h de RER. A la fin de la journée…vous serez dans cet état, content mais complètement lessivé 😉

Sachez qu’il est possible de se faire rémunérer pour « tweeter » ou « instagrammer ». A vous de voir, si vous souhaitez une contrepartie financière, vous aurez des comptes à rendre (Retour sur Investissement).

⁃ Quelles sont les exigences de l’opération ?nombre de photos, mise en scène souhaitée, quelle utilisation (votre support ou ceux de la marque), une cession de droit à l’image ?.

⁃ Est ce que ça va me prendre beaucoup de temps ? Estimez le temps et le ramener à un taux horaire.

  • 3. Demander aux marques ou aux agences qu’elles sont leurs attentes précises

Quelles sont les teneurs du partenariat ? Que demande exactement la marque en échange du cadeau ou de la rémunération ? Combien de photos, un article, des liens trackés, relais sur les réseaux ou pas ? Carte blanche ou demande précise dans le texte et les photos ?

Plus vous en savez dès le départ, plus il est facile pour vous d’accepter en connaissance de cause un partenariat.

  • 4. Demander les contrats et savoir les lire

Pour telle opération on vous informe qu’un contrat sera établi. L’avantage d’un contrat : vous savez où vous mettez les pieds, ce que l’on vous demande exactement et comment on vous rémunère.

Regardez combien de temps dure la cession de droits, pour quels supports et quels pays. Si on vous demande une cession de droit à l’image pour 5 ans, internationale et pour tous les supports (web, tv, affichages) vous dites non, ou vous négociez.

  • 5. Savoir combien « d’influenceurs » participent à l’opération
  • Combien et qui sont-ils ? Si vous êtes une cinquantaine à faire le même partenariat, et à tous poster sur une même période donnée, vous allez certainement agacer vos lecteurs. Renseignez-vous avant d’accepter ! L’essentiel est de savoir où on met les pieds.
  • Exemple de partenariat reçu (pour ce genre d’opérations plusieurs personnes ont été sollicitées) :

    • 6. Apprendre à refuser des partenariats

    Il faut parfois apprendre à refuser. Ne perdez pas votre objectif de vue au risque d’une incohérence éditoriale. Voici quelques questions à se poser :
    – Achèteriez-vous ce que l’on vous propose ? Choisissez de travailler avec des partenaires que vous aimez déjà, qui vous ressemblent où qui vous proposent des choses dont vous avez besoin.

    Quelques exemples de partenariat que j’ai accepté et qui rentrent dans ma ligne éditoriale: j’ai accepté de faire la promotion d’objets connectés comme le Samsung Bottle, de participer à un trip de 2 jours à Berlin pour la promotion d’un smartphone, de participer à un salon (AI Paris) et article partenaire (avec lien traké). Et une fois, on m’a demandé une compilation par mail de tous mes posts Twitter et Instagram (VR Arles Festival).

    J’ai participé récemment à #Experiences18 où j’ai eu l’occasion de faire une interview avec Sébastien Imbert CMO de Microsoft. Ce n’est pas un partenariat mais plutôt une opportunité. Je n’aborderais pas le prix « inouï » du billet TGV.

    D’autres questions à se poser :

    – Avez-vous une bonne idée de contenu autour de cette collaboration ?
    – Ce partenariat est-il donnant donnant ?
    – La marque colle-t-elle à vos valeurs ?

    • 7. Ne pas dire oui à tout et se renseigner

    Faites preuve d’un esprit critique. Vos valeurs sont-elles en accord avec celles de la marque ? Se renseigner un minimum pour être sûr de ne pas vous faire berner par une opération marketing. Et pour éviter surtout le bad buzz…

    • 8. Faire preuve de transparence à propos des partenariats

    Ne perdez pas de vue la raison pour laquelle vos lecteurs vous suivent. Soyez transparents à propos de vos partenariats. Ne faites pas du placement de produits sans le mentionner car vous risquez de perdre en crédibilité. Acceptez des partenariats qui vous ressemblent et qui intéresseront vos lecteurs.

    Les collaborations boostent aussi la créativité alors mettez-vous un peu en danger, ne choisissez pas la facilité, et amusez-vous ! Vos lecteurs le ressentiront.

    • 9. Remplir ses contrats et ses engagements et faire valoir ses droits

    Si vous vous engagez avec une marque, allez jusqu’au bout. En face de vous il y a aussi des personnes qui ont des comptes à rendre. Respectez et remplissez vos engagements.

    Mais n’oubliez pas de faire valoir vos droits et de poser des questions. Et bien sûr avoir un numéro de siret pour pouvoir facturer (les joies du RSI et du statut freelance).

    • 10. La vraie vie est bien plus importante que la vie 2.0 !
  • Ne tombez pas dans ce piège : voir combien de likes, de partages ou de commentaires.
    Profitez de la vraie vie.
  • Et pour conclure, pensez vous que la rémunération peut impacter nos choix éditoriaux ?
  • 15 commentaires sur “Blog : 10 conseils pour bien gérer ses partenariats

    1. Merci pour cet article qui est je trouve vraiment très intéressant et instructif 😃 ! Pour ma part, j’ai déjà reçu 3 demandes de partenariat mais je les ai toutes refusées car les services et produits qu’on me proposait ne collaient absolument pas avec mon blog 😒. Mais on verra dans le futur …, peut être y aura t’il des choses un peu plus sérieuses, et puis ce n’est pas une fin en soi, en tout cas en ce qui me concerne . Merci et bonne fin de soirée .

      J'aime

    2. Merci pour cette article hyper complet qui m’aide beaucoup… j’ai de plus en plus de demandes et j’avoue être un peu perdue dans cette ‘jungle »! Je suis plutôt fière de moi car, d’instinct, j’ai suivi quelques uns de tes conseils…

      J'aime

    3. Hello, alors personnellement, je vis quasiment de partenariats blogs et non, trop de partenariats ne tue pas le partenariat : cela dépend du domaine dans lequel tu blogues. Personnellement, je tiens un blog shopping pour les familles avec de très nombreuses catégories qui touchent à tous les aspect de la consommation des familles (mode, maison, sorties, jouets, voyages, puériculture, etc…) donc il est pertinent de présenter de nombreux produits et services pour ma part sans aucunement agacer mes lecteurs. Chez moi, pas de billets humeur ou articles de fond sur mes états d’âme, ce n’est pas cela que l’on vient chercher. Mes followers savent que je suis payée pour poster telles ou telles choses, notamment via la catégorie « articles sponsorisés » de mon blog ou la mention « payé » sur facebook. Quant au RSI, il n’existe plus et fort heureusement d’ailleurs…

      J'aime

    4. Merci pour ton retour et oui effectivement tout dépend du domaine dans lequel tu blogues. d’ailleurs je te remercie pour les codes de réduction 😊☝️le RSI n’existe plus (je suis de la vieille école, je dois me mettre à la page).

      J'aime

    5. Faut pas se leurrer. Dans certains cas, l’argent peut influencer le choix éditorial, n’ayons pas peur de le dire. Certains en font leur gagne pain alors forcément…
      merci pour cet article fort intéressant. En fait la thématique de ton blog traite beaucoup d’actu Tech et les types de partenariat sont différents (reportage, live tweet…) mais apporte un peu plus de précision sur les partenariats marques et blog.

      #Touchepasamonblog

      Aimé par 1 personne

    6. Une personne m’a demandé s’il était possible de tenir un blog sans consommer et sans pousser à la surconsommation. Cette personne présentait l’argument selon lequel la majorité des blogueurs n’aurait rien à dire si elles ne recevaient pas des produits gratuitement et qu’elles ne pourraient pas créer de contenu intéressant et créatif. Je suis d’accord avec toi bloguer c’est échanger et partager des sujets qui nous passionnent. Et sans forcément être rémunéré. La question mérite d’etre posé et oui cela dépend de la thématique de ton blog. (Je vois celles ou ceux derrière leur écran qui se sentent visés mais cet article traite d’un sujet en général et qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant). C’est intéressant les événements que tu as fait. On sent la motivation, la moitié d’une demi journée dans le tgv 😂 . Des bises

      J'aime

    7. Coucou,

      Merci pour cet article ! Je pense que la base, c’est d’ouvrir un blog pour de bonnes raisons.
      Aujourd’hui, beaucoup ouvre un blog pour les « cadeaux gratuits » qui ne sont pas forcément gratuit, puisque c’est surtout beaucoup d’investissements !

      Je refuse beaucoup de partenariat, car ils ne me correspondent pas et je refuse également beaucoup d’articles payés, car je n’ai pas de statut et que c’est tellement compliqué de s’y retrouvé, je trouve !

      Pour le RSI, il n’existe plus, effectivement. D’ailleurs, il faut que j’aille me renseigner précisément sur le statut AE pour voir les conditions.

      Belle journée,

      Laura – Bambins, Beauté et Futilité

      J'aime

    8. Personnellement je n’aime pas cette mode qu’est devenu les partenariat avec les blogs. Certains ouvrent des blogs juste pour ça et il n’y a plus de passion. Et puis fun autre côté il y a certaines marques qui nous prennent pour des pigeons en nous proposant de travailler gratuitement pour elles, voir de payer pour le faire… Donc comme tu dis, il faut faire attention aux partenariats qu’on accepte et ne pas devenir un blog publicitaire 🙂

      J'aime

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.