0 4 minutes 11 mois

Chaque année, le CES fait parler de lui car les marques y dévoilent leurs dernières innovations. Le salon sera cette année entièrement en ligne, du 11 au 14 janvier 2021 avec une expérience 100% digitale et en live.

Vous avez forcément entendu parler du Consumer Electronics Show. Le CES est un fourre-tout où l’on parle aussi bien de la télévision du futur que des jeux vidéo, des drones ou encore des objets connectés.

Cette transformation du CES à travers la création d’une plateforme numérique modifie profondément son organisation et devrait avoir une incidence directe sur la fréquentation et sur le contingent de startups présentes.

Pourtant, dans l’optique de maintenir la confiance des exposants, les prix ont été presque divisés par dix. Le stand virtuel est affiché à un peu moins de 2 000 dollars, contre environ 20 000 dollars pour une présence physique, sans compter les différents frais inhérents à un déplacement sur Las Vegas (billets d’avion, hôtel…).

Le contingent français à la baisse

Mais cela ne suffit pas à convaincre et la participation française sera nettement moins importante.

Selon l’agence publique d’aide à l’exportation qui fédère une grande partie de la délégation de start-up françaises, 113 jeunes entreprises devraient être présentes contre plus de 150 en 2020. Le CES virtuel ne peut se substituer à l’original.

Et si on croise quelques géants du numérique (Google et Amazon y présentent leurs innovations pour l’auto, Apple boude l’événement), c’est aussi l’occasion de découvrir des acteurs venus d’autres univers et apportant leur technologie comme NVIDIA avec ses processeurs.

Les français y ont pris leurs habitudes

La destination-phare du Nevada est presque devenue le 21ème arrondissement de Paris. On croise en effet au CES beaucoup de français. Il y a d’abord les sociétés technologiques de l’hexagone. Et il y a surtout beaucoup de start-up sous la bannière de la French Tech.

La présence au CES ne permet pas forcément de décrocher la lune, mais c’est utile pour les contacts… ne serait-ce qu’avec les journalistes français, assez nombreux à faire le voyage. Toutefois, ce ne sera pas vraiment le cas en 2021. Et pour cause…

Cette année, et pour la première fois depuis plus d’un demi-siècle, le CES n’aura pas lieu. Il se déroulera en effet en mode digital, du 11 au 14 janvier. Il faudra s’accréditer pour pouvoir suivre les conférences et autres présentations.

Le programme de l’édition 2021 accorde à nouveau une place importante à l’automobile. Outre un « keynote » de Mary Barra, la Présidente de GM, d’autres grands acteurs vont prendre la parole comme Audi, Ford, Toyota, ou Volkswagen. On sait déjà que Mercedes va y présenter un hyper écran avec de l’intelligence artificielle. La marque va le dévoiler en avant-première dès cette semaine.

Mais l’expérience “tout digital” du CES devrait bien rester seulement cela: une expérience unique; déjà Gary Shapiro et la CTA ont annoncé que le CES retournerait à Las Vegas l’année prochaine. Et la plupart des grands groupes comme des startups ont annoncé que le retour du salon physique serait déterminant dans leur décision de participer ou pas en 2022.

Laisser un commentaire